La gestion des biens communs d'Elinor Ostrom

Elinor Ostrom est une économiste et politologue américaine qui obtiendra en 2009 le prix de la banque de Suède aussi appelé prix Nobel d’économie. Ses travaux portent sur la gestion des ressources communes et font écho à l’économie environnementale et la préservation des ressources naturelles. Son livre de 1990 La Gouvernance des biens communs : Pour une nouvelle approche des ressources naturelles aura un impact très fort et se révèle aujourd’hui plus d’actualité qu’il ne l’a jamais été. Nous connaissons des problématiques environnementales de surexploitation des ressources qui nous obligent à revoir nos modèles économiques face à certains biens.  Les travaux d’Elinor Ostrom reprendront aussi les idées de la tragédie des biens communs de Garett Hardin dans son article de 1968.

Elinor Ostrom gouvernance des biens communs

Pour un gestion commune et local des ressources

Dans son ouvrage, l’économiste américaine mettra en avant des solution d’auto gestion des ressources communes par les agents économiques. Cette vision sera une critique du modèle apporté par Hardin mais également du dilemme du prisonnier de Tucker et de la logique de l’action collective de Mancur Olson. En effet, dans le modèle d’Ostrom les acteurs ont la possibilité de changer les règles du jeu et de se fixer à eux-mêmes des règles de bonne gestion des ressources. L’auteure estime que les règles coercitives provenant d’organismes externes n’est pas une solution viable pour préserver les ressources communes car un organisme externe ne peut pas comprendre et adapter son cadre normatif . Pour la bonne gestion des CPR (Common Pool Ressources), elle considère que les acteurs locaux qui connaissent bien le cadre qui régit ces CPR sont les seuls capables de légiférer de façon pertinente leur utilisation. Elle montrera pour illustrer ses propos de multiples exemples dans lesquelles les individus ont réussi à gérer leur CPR. Ces derniers ont intégré des règles strictes et des limites bien définies mais surtout adaptées à la situation et aux acteurs locaux

8 principes à suivre pour la bonne gestion des ressources communes

Elinor Ostrom met en avant 8 principes à suivre pour permettre de mettre en place une bonne gestion des ressources communes.

  • Il faut fixer des limites bien définies : dans la consommation et l’utilisation des ressources communes mais aussi en définissant qui peut avoir accès aux ressources. 
  • Mettre en place des règles adaptées : les règles doivent suivre les spécificités locales car chaque communauté possède sa propre culture, son propre environnement et ses propres habitudes
  • Mettre en place un système permettant aux agents de participer à la définition des règles : le mode de gouvernance doit permettre aux personnes de décider démocratiquement des règles établies. Néanmoins, ce système n’empêche pas la mise en place d’une hiérarchie dans ce type de communauté.
  • La mise en place d’un système de surveillance par rapport aux règles et limites fixées par la communauté.
  • La mise en place d’un système de sanctions adaptés et proportionnel à la faute commise en cas de non respect
  • Etablir un système de résolution des conflits efficace qui peut être facilement accessible
  •  La possibilité pour les utilisateurs de la ressources à établir ces règles de gestions sans remises en cause provenant d’organisme extérieur. Logique une intervention extérieure reviendrait à mettre en place des règles non adaptées.
  •  La mise en place d’une organisation à plusieurs niveaux liés dans le cas de ressources communes importantes
Finalement Elinor Ostrom a connu un succès grandissant à l’obtention de son prix Nobel mais également du fait de l’actualité. La gestion des ressources communes est un enjeu majeur de notre siècle et la limitation de leur utilisation de façon raisonnée et démocratique fait écho aux pensées économiques proches de l’écologie comme les théories de la décroissance.